1500 algériens abandonnés par Tebboune à l’aéroport d’Istanbul depuis 6 jours

Intervention brutale de la police turque contre les Algériens bloqués à Istanbul

 

Les autorités turques ont donné l’ordre de charger les ressortissants algériens bloqués à l’aéroport d’Istanbul. Des scènes de heurts entre la police turque et les passagers algériens qui attendent depuis plusieurs jours d’être rapatriés ont été diffusées sur les réseaux sociaux, provoquant une vague d’indignation générale aussi bien en Algérie qu’en Turquie.

 

Selon les médias turcs, plus de 1 500 Algériens se trouveraient à l’aéroport d’Istanbul, attendant que les autorités algériennes lèvent l’interdiction de leur rapatriement. Un responsable turc avait dû se déplacer sur place, hier, pour informer les voyageurs qui n’ont pas pu rentrer à Alger, à cause des mesures prises par les gouvernements de plusieurs pays de fermer leurs frontières terrestres, maritimes et aériennes, que l’Etat turc ne pouvait pas les prendre en charge et qu’ils devaient, de ce fait, quitter l’aéroport et se rendre au consulat d’Algérie.

Les médias turcs, qui affirment avoir essayé de contacter les représentants consulaires algériens sur place, en vain, indiquent que des négociations seraient en cours entre les ministères des Affaires étrangères turc et algérien pour trouver une solution à ce problème. On apprend, toujours selon les médias turcs, qu’Ankara aurait proposé de rapatrier les ressortissants algériens via la compagnie aérienne Turkish Airlines, mais les autorités algériennes n’auraient pas donné leur accord.

Nos concitoyens bloqués en Turquie ont reçu des aides d’associations humanitaires locales et des compatriotes établis en Turquie qui les ont fournis en nourriture et en produits d’hygiène, d’autant que les voyageurs n’ont pas accès à leurs bagages déjà enregistrés avant l’annulation des vols par Air Algérie qui avait annoncé, samedi dernier, que quatre avions allaient être dépêchés à Istanbul pour procéder à l’opération de rapatriement.

«Depuis, la compagnie n’a fourni aucune information officielle», soulignent des sources turques qui précisent que «contrairement à ce qu’affirment certains médias algériens, la police turque ne peut expulser les passagers en souffrance de l’aérogare». La réaction de quelques voyageurs bloqués sur place, qui s’en sont pris à des magasins, visait à «faire réagir les autorités algériennes», relèvent des sources médiatiques locales qui se réfèrent au témoignage d’un des voyageurs algériens qui espère voir ce cauchemar se terminer au plus tôt.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *