Inhumation du général Ahmed Gaïd Salah au cimetière d’El Alia

 

Le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah a été inhumé ce mercredi après-midi au cimetière d’El Alia, à Alger. Son enterrement a eu lieu après la cérémonie des funérailles qui a débuté vers 7h30 avec l’arrivée de sa dépouille au Palais du peuple à Alger.

En effet, la dépouille de l’ex-chef d’état-major de l’armée algérienne, décédé le 23 décembre, a été acheminée très tôt au palais du peuple pour un dernier recueillement. Le cercueil en bois couvert du drapeau national est installé au hall principal pour permettre aux Algériens de le voir avant sa mise en terre.

Les principaux responsables militaires et civils étaient présents dès l’arrivée de la dépouille. La famille du général s’est installée tout prêt du cercueil pour recevoir les condoléances. Parmi les premiers arrivés sur les lieux, le président Abdelmadjid Tebboune récemment installé au Palais d’El Mouradia. Il s’est recueilli sur le cercueil et a aussi présenté les condoléances aux enfants du disparu. Il a ensuite été suivi par plusieurs responsables tels que l’ex-chef de l’Etat intérimaire Abdelkader Bensalah.

Gaïd Salah va être enterré après la prière de dohr au carré des Martyrs du cimetière El-Alia (est de la capitale), où sont enterrés les anciens présidents et d’autres hautes personnalités algériennes.

Présence du général Wassini Bouazza

La cérémonie a été marquée par la présence du général Wassini Bouazza, Directeur de la Sécurité intérieure (DSI). En fait, ce dernier a été la cible de rumeurs sur son arrestation quelques heures après la mort de Gaïd Salah. D’un autre côté, le représentant de l’ambassade de France en Algérie venu se recueillir a été hué par la foule qui a scandé des slogans hostiles à la France.

Pour rappel, Ahmed Gaïd Salah était chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) pendant 15 ans. Aussi, il a été l’homme fort du régime algérien depuis la destitution de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika. Le général a imposé la solution “constitutionnelle” et des élections présidentielles rejetées par la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *