257 soldats de l’Armée nationale populaire périssent : l’Algérie en deuil

 Le président Bouteflika décrète un deuil national de trois jours

 

L’Algérie pleure ses soldats morts dans le terrible crash qui a eu lieu ce matin à Boufarik, près d’Alger. Ces hommes s’apprêtaient à rejoindre leurs casernes à Tindouf et à Béchar, mais le destin en a voulu autrement. L’accident d’avion de l’armée de l’air a suscité une grande émotion auprès de l’ensemble des citoyens algériens qui ont, dès l’annonce de la tragédie, relayé l’information à travers les réseaux sociaux.

L’amour que nourrit le peuple algérien pour son armée n’a jamais été démenti et ne s’est jamais atténué depuis la Guerre de libération nationale jusqu’à nos jours. L’ANP est, en effet, le symbole par excellence de l’unité nationale. Sa détermination, son engagement, ses sacrifices et son grand professionnalisme ont été éprouvés durant la décennie noire et le peuple sait gré à ses soldats d’avoir sauvé la République et vaincu les hordes terroristes entraînées, financées et armées par des officines étrangères et appuyées par des régimes extrémistes qui ont voulu diviser le pays en y déclenchant une guerre confessionnelle qui aurait été fatale à la nation.

Aujourd’hui, 257 soldats ont rejoint la liste des milliers de martyrs tombés au champ d’honneur pour la défense de la patrie et la sauvegarde de son intégrité territoriale dans ces moments de grands périls qui menacent le pays en raison de la situation désastreuse qui règne à ses frontières.

Les soldats qui ont péri lors de l’accident de ce mercredi noir se dirigeaient vers Tindouf et Béchar où sont cantonnés des milliers de leurs collègues, bravant la rudesse du désert, traquant sans relâche les trafiquants en tout genre et tenant en joue l’ennemi d’en face dont les gesticulations participent de la volonté permanente du Maroc d’entretenir un climat de tension à nos frontières.

Le crash de Boufarik est une preuve, en tout cas, que l’armée algérienne est active et ne reste pas l’arme au pied en attendant qu’une menace se déclare ici ou là. Les soldats qui ont perdu la vie dans ce regrettable accident sont morts pour la patrie. Et leur martyre n’est en rien différent de celui des soldats tombés les armes à la main.

 

AP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *