Algérie-Maroc : nouvelles accusations contre l’Algérie

Le directeur du Bureau central marocain des investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak Khiame, s’en est pris à l’Algérie qu’il a accusée de « passivité » dans la coopération dans le domaine de la lutte antiterroriste.

Dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique, Abdelhak Khiame a ainsi estimé que la prolifération des groupes terroristes dans la région était liée à la « passivité » de l’Algérie dans le domaine de la coopération pour la lutte anti-terroriste.

« Nous devons, par exemple, redoubler d’efforts pour la surveillance de nos frontières » a indiqué Abdelhak Khiame, qui a ajouté que le renforcement de la coopération entre son pays et l’Algérie était « souhaitable » et demeurait possible. « Il suffit que les algériens acceptent de séparer les questions politiques des défis sécuritaires » a-t-il dit.

À rappeler que ce n’est pas la première fois qu’Abdelhak Khiame lance des accusations de ce type à l’adresse de l’Algérie. En 2017, il avait estimé que « l’Algérie continue à fermer les yeux » malgré le fait que « « Le BCIJ a relevé que plus de 100 combattants du Polisario ont rejoint les groupes terroristes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *